Le centre carrier des vallées de l’Anglin et de la Gartempe

Découverte du site et recherches archéologiques

La découverte de carrières de sarcophages dans les vallées de l’Anglin et de la Gartempe est due à Cl. Lorenz et remonte à la fin des années 1950 et au début des années 1960. La prospection qu’il a mené avait alors permis de mettre en évidence une vingtaine d’excavations de petite taille, groupées par deux, trois voire cinq, principalement entre Mérigny et Vicq-sur-Gartempe, dont les traces conservées étaient caractéristiques d’une exploitation manuelle et les empreintes trapézoïdales suggéraient la production exclusives de cuves et de couvercles de sarcophages du haut Moyen Âge. Entre 1960 et 1965, Cl. Lorenz a mené la fouille partielle de la carrière de Pied Griffé, qui a permis de confirmer la production de sarcophages dans cette carrière et d’apporter des éléments d’information précieux sur les techniques et les méthodes d’extraction de ce type de produit caractéristique du haut Moyen. La fouille a également montré la conservation sur plus de deux mètres d’épaisseur de remblais d’extraction constitués de « nombreux blocs plus ou moins travaillés et de morceaux d’un sarcophage brisé », ainsi que de plusieurs foyers contemporains et (immédiatement ?) postérieurs à l’exploitation. La publication du site en 1983 par Cl. et J. Lorenz a longtemps constitué l’une des principales références concernant l’extraction et la taille des sarcophages de pierre du haut Moyen Âge (Lorenz et Lorenz 1983).

En 2010, l’étude du site est reprise par D. Morleghem dans le cadre d’une thèse en archéologie à l’Université de Tours (Morleghem 2016). L’objectif était de revenir, avec une grille d’analyse nouvelle, sur les différentes carrières identifiées par Cl. Lorenz, afin de confirmer la nature de leur production, la quantité de blocs extraits, mais aussi de préciser les techniques et méthodes d’extraction ainsi que la chronologie relative et absolue des exploitations. L’étude s’est concentrée sur les carrières de la vallée de l’Anglin, celles situées dans la vallée de la Gartempe étant moins nombreuses et pas ou peu accessibles. Il a ainsi été possible d’attribuer à l’Antiquité la carrière du Rocher de la Dube, mais aussi de revoir à la baisse le nombre de sarcophages produit sur l’ensemble du site.
En 2016 ont été reprises les fouilles dans la carrière de Pied Griffé quelque cinquante ans après l’arrêt des opérations de Cl. Lorenz. La première campagne a permis de réinterpréter ou de préciser la stratification du site, organisée en quatre périodes : l’exploitation de la carrière entre le 6e et le 9e s., un premier abandon, une occupation agricole aux 11e-12e s. et un second abandon de la carrière rythmé par des occupations très ponctuelles comme en témoignent de nombreux foyers. D’autres campagnes de fouilles sont prévues jusqu’en 2019 (cf. page dédiée à la carrière)

 

Présentation générale

Le centre carrier de la vallée de l’Anglin est situé à 50 km environ au sud-est de Poitiers, à la frontière entre le Berry et le Poitou. Les carrières se répartissent sur les deux rives des vallées de la Gartempe et de l’Anglin, depuis la confluence des deux rivières jusqu’à la Bussière à l’ouest et Mérigny à l’est. Les hautes falaises calcaires (environ 30 m) alternent avec des coteaux en pente plus douce, des excavations ayant pu être ouvertes dans l’un et l’autre cas. L’altitude en fond de vallée varie du nord au sud entre 65 m et 80 m NGF, tandis que le plateau culmine entre 90 m et 115 m NGF. Le couvert végétal actuel et l’abandon des parcelles de bois rendent difficiles le repérage et la lecture des vestiges ; d’après plusieurs témoignages, dans les années 1950-1960 les sites d’extraction étaient au contraire bien visibles même depuis les routes et facilement accessibles.

Les carrières sont exclusivement à ciel ouvert. Le moindre affleurement du rocher a été mis à contribution, qu’il s’agisse d’une falaise ou seulement d’un morceau de coteau éboulé. Trois formes principales peuvent être observées : par paliers, à renfoncement ou en alcôve ; une même carrière peut combiner ces différentes formes résultant de méthodes et de stratégies d’exploitation différentes. Il est difficile d’évaluer l’importance globale du site, en particulier en termes de surface exploitée ou de volume de pierre extrait. On observe de très petites carrières (deux ou trois blocs extraits) et de plus vastes (plusieurs dizaines, voire centaines de blocs). C’est donc davantage en termes de nombre de blocs extraits que l’on pourra estimer l’importance de l’ensemble carrier. Les chiffres donnés ne sont toutefois qu’une estimation de la production et constituent sans doute un minimum.

La chronologie du centre carrier de l’Anglin est encore difficile à cerner, faute d’éléments de datation.  Les carrières ont pu fonctionner entre la fin du 5e s. et le 8e s., sans que l’on puisse dire combien de carrières fonctionnaient en même temps (ou leur ouverture successive) ni même quel était le rythme de l’exploitation. La production de sarcophages est actuellement évaluée entre 500 et 1000 exemplaires, diffusés principalement dans le département de l’Indre, l’est de la Vienne (jusqu’à Civaux), une partie du Cher, du sud de l’Indre-et-Loire et de manière très ponctuelle jusque dans l’Orléanais.

Les carrières

Pied Griffé : la plus grande et la mieux conservée de toutes les carrières ; elle a été fouillée dans les années 1960 par Cl. Lorenz et depuis 2016 par D. Morleghem ;

Dames de Rives : les falaises de Rives ont été exploitées de manière très ponctuelle ; au pied des voies d’escalade se voient encore des négatifs de blocs trapézoïdaux ;

Ajasserie/Vieille grange : carrière isolée à mi-pente du coteau ;

Vallée de Rives : à l’entrée de la vallon, une carrière en alcôve précédée de paliers d’extraction ; quelques traces d’extraction ponctuelles sont visibles plus loin dans le vallon ;

Roc de Berthomé : carrière située au sommet d’une falaise à la base de laquelle se trouve un ermitage ; la production de sarcophages n’y est pas assurée ;

Vallée de Braud : nombreuses carrières à ciel ouvert dont la production et la datation sont parfois incertaines ;

Rezan : quelques paliers d’extraction visibles à proximité de ruines ;

Bédiou : carrière à ciel ouvert assez vaste ;

Rocher de la Dube : tout au sud de l’ensemble carrier, cette carrière très peu conservée est très certainement antique d’après les traces d’outils, la forme des blocs et la technique de détachement employée.

 

Bibliographie

Lorenz, C. et Lorenz, J. – « Les carrières de sarcophages mérovingiens de la basse Vallée de l’Anglin (départements de l’Indre et de la Vienne)  », in Benoît, F. et Braunstein (dir.), Mines, carrières et métallurgie de la France médiévale, Paris, 1983, pp. 331‑361.

Morleghem, D. – Production et diffusion des sarcophages de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans le Sud du Bassin parisien, thèse de doctorat en archéologie, sous la dir. de J. Seigne, Université de Tours, 2016, 4 vol.

Morleghem, D., avec la collab. de Ph. Husi et J. Lorenz – Le centre carrier de l’Anglin (Indre et Vienne) et la carrière de sarcophages du haut Moyen Âge de Pied Griffé (Saint-Pierre-de-Maillé, Vienne), Campagne 2016, rapport de prospection et de fouille programmée, DRAC Nouvelle Aquitaine, déposé au SRA de Poitiers, 2016, 1 vol., 116 p. ; notice HAL.

Morleghem, D., avec la collab. d’A. Noël – La carrière de sarcophages du haut Moyen Âge de Pied Griffé (Saint-Pierre-de-Maillé, Vienne). Campagne 2017, rapport de fouille archéologique, association CAeSAR/DRAC Nouvelle-Aquitaine, déposé au SRA de Poitiers, 2017, 1 vol., 84 p. ; notice HAL.

 

Suivez l’actualité des recherches (fouilles, conférences, visites) sur le page facebook du site : www.facebook.com/carrieressarcosanglin

Site accessible toute l’année ; pour une visite guidée (payante) contacter D. Morleghem : daniel.morleghem@gmail.com