La carrière Jay de Beaufort (Périgueux, Dordogne)

– La carrière de Jay de Beaufort –
(Périgueux, Dordogne)

 

Florian Leleu (Arkemine)

Dans le cadre de la construction d’un gymnase situé à proximité immédiate du lycée de Jay-de-Beaufort (Périgueux, 24), une fouille préventive a été entreprise sur une surface de 1 400 m². Le potentiel archéologique de ce secteur avait été reconnu en 1990, lors de la fouille de sauvetage du lycée, par la présence de vestiges d’extraction de calcaire et d’activités artisanales.

Vue générale de l’emprise de fouille de Jay-de-Beaufort pendant le décapage mécanique (crédit : Arkemine, 2018)

Avant de pouvoir atteindre le plancher de la carrière, c’est d’abord un important dépôt de déblais qui a été examiné lors de l’opération de 2018. Ces matériaux résultent de terrassements effectués lors de l’ouverture de carrières attenantes. Ils sont constitués par des matériaux de découverte (alluvions, altérites, paléosols) et par des déchets de taille. Certaines unités stratigraphiques renferment un lot conséquent de mobilier du Haut-Empire et de résidus d’activités de forge. C’est à la cote – 3 m sous le sol actuel qu’apparaît un premier niveau de plancher calcaire présentant les traces de l’extraction. La carrière couvrant les deux tiers de la superficie de l’emprise de fouille s’enfonce jusqu’à la côte – 5 m. Près de cent cinquante empreintes de blocs enregistrées ont permis de caractériser les techniques employées, la nature de l’exploitation et l’organisation des chantiers. Ces enlèvements correspondent aux vestiges d’une carrière de sarcophages trapézoïdaux attribuables au haut Moyen Âge. La destination de cette production est confirmée par la découverte d’un sarcophage semi-fini présent dans les déblais comblant l’une des fosses d’extraction.

Vue d’une des fosses d’extraction de sarcophage du site de Jay-de-Beaufort (crédit : Arkemine, 2018)

Vue zénithale d’un des chantiers d’extraction du site de Jay-de- Beaufort (crédit : Arkemine, 2018)

Par ailleurs, la fouille a également permis d’observer en marge de cette exploitation, les vestiges d’une extraction antérieure, attribuable à l’Antiquité comme en témoignent de rares traces d’outils spécifiques à cette période.

 

 

Bibliographie

Rapport d’opération en cours

Notice de l’opération sur le site de la société Arkemine : accès

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search