Les sarcophages du Cantal

 – Les sarcophages de pierre du haut Moyen Âge dans le Cantal –

Erwan Bouriffet

Le département du Cantal, trop longtemps associé à un « désert archéologique »[1], fait l’objet depuis quelques années d’un intérêt scientifique plus important. En ce sens, les découvertes de 2013-2014, réalisées dans le cadre de l’opération préventive de l’îlot Saint-Géraud[2], à Aurillac, ont éveillé les consciences aurillacoises et révélé au grand public le potentiel archéologique du territoire cantalien. Dans le prolongement de ces découvertes, Nicolas Clément a lancé un Projet Collectif de Recherche[3] axé sur la compréhension de l’urbanisme médiéval aurillacois et son contexte à l’échelle cantalienne. C’est dans le cadre de ce PCR, lancé en 2016, que s’inscrit le présent travail de Master[4], conclu en juin 2019. Nous nous sommes donc attachés, durant les deux dernières années, à l’étude des sarcophages monolithes du département du Cantal. Ce sujet s’inscrit dans la continuité de la découverte de 21 sarcophages sur le site de Saint-Géraud, l’objectif étant de proposer un cadre de comparaison à l’échelle départementale pour les découvertes aurillacoises.

Au-delà du travail d’inventaire, qui occupe une place prépondérante de notre mémoire, les questions d’interprétation ont également été au cœur de nos préoccupations. En effet, dorénavant, le sarcophage monolithe ne peut plus être étudié simplement comme un contenant funéraire, mais il doit être considéré comme un objet manufacturé, témoin, en cela, d’une activité économique et commerciale et d’une pratique sociale caractéristique de la fin de l’Antiquité Tardive et du haut Moyen Age. Notre analyse du corpus s’articule donc autour de la question économique, relative à la fabrication du sarcophage, de la question de l’occupation du sol et de la question sociologique s’attachant à connaître l’origine sociale du défunt.

A l’issue de ces deux années de recherche, les premiers résultats apparaissent et mettent en exergue un corpus de plus de 265 sarcophages découverts dans le département depuis 1688, première mention de la découverte de « 8 sépulcres celtiques orientés au solstice d’hiver »[5] à Lacapelle-Viescamp. Le chiffre de 265 est une estimation « basse » du nombre réel de sarcophages découverts. En effet, les données souvent lacunaires ne permettent pas un décompte précis. Ces 265 sarcophages se répartissent sur 65 sites dans 57 communes. La géographie de cette répartition des sites met en exergue les trois pôles où la densité des découvertes est la plus importante : le Nord-Ouest du département, le quart Sud-Ouest, essentiellement centré sur le bassin aurillacois, et la vallée de l’Alagnon, à l’Est, jusqu’à la région de Saint-Flour. Par opposition, ce sont les plateaux de l’Aubrac, au Sud, du Cézallier, au Nord, ainsi que les Monts du Cantal qui comptent peu ou pas de découvertes, pour des raisons évidentes de topographie mais également à cause d’un déficit certain de la recherche dans ces zones[6].

Carte de répartition et nombre de sarcophages par site

            Le corpus ainsi établi révèle une diversité des morphologies et des mises en œuvre dont découle une typologie composée de 13 types et 9 sous-types répartis en 5 groupes, selon le schéma ci-dessous. A défaut de solides éléments datants, permettant l’élaboration d’une typo-chronologie, l’ensemble des types ainsi présentés est rattaché à des faisceaux d’indices offrant une tendance chronologique. Ainsi, l’utilisation du sarcophage semble se développer, dans le Cantal, à partir de la fin du Ve siècle voire le début du siècle suivant et se poursuit vraisemblablement jusque dans le courant de l’époque romane.  Mais au-delà du paradigme de la datation, l’étude des sarcophages monolithes permet l’approche d’un système économique. La question qui se pose à ce stade de l’analyse est de savoir quelle est la nature du commerce des sarcophages ? Ainsi en l’état actuel de notre étude, les premiers résultats nous poussent à reconnaître un modèle basé sur la proximité et la faible distance entre carrières et nécropoles. Nous pourrions parler, de manière anachronique, d’un circuit court entre l’extraction du matériau et l’utilisation du produit fini. Néanmoins, la systématisation des méthodes d’analyse mises en œuvre, durant nos travaux, devrait permettre de confirmer ou nuancer ce constat.

Schéma synthétique de la typologie des sarcophages monolithes cantaliens

            Au regard de la relative densité des sites à sarcophages pour notre département et du modèle économique que nous venons de présenter, la question de la sociologie des sépultures en sarcophage doit être envisagée. Les premiers éléments de réflexion posés durant notre étude nous conduisent à nuancer l’idée d’une association systématique du sarcophage à la sépulture privilégiée. En effet, il paraît vraisemblable que la diversité des sarcophages répond à une forme de hiérarchie sociale. Ainsi, les sarcophages sans décors, taillés dans un matériau local, sont certainement accessibles à une part relativement importante de la société[7]. A l’inverse, des sarcophages en matériau d’importation, tel que celui en marbre des Pyrénées découvert en 1988 à Arpajon-sur-Cère[8], sont plus certainement le signe d’une véritable sépulture privilégiée. Sur cet axe de recherche encore, l’approfondissement de l’étude doit nous conduire à mettre à l’épreuve les hypothèses ainsi formulées.

Si l’ensemble de ces pistes de recherche ont esquissé l’ampleur de leur potentiel, elles mériteraient, néanmoins, un approfondissement et une systématisation des démarches d’analyse. Le présent bilan de deux années de recherche sera, nous l’espérons, prolongé rapidement par un travail davantage axé sur les questions interprétatives qui permettront d’éprouver les nombreuses hypothèses qui se dégagent aujourd’hui de notre mémoire. L’élargissement de la fenêtre d’étude doit également être envisagée, afin de mettre en perspectives nos observations et de les replacer dans un contexte plus large. Nous avons donc posé les premiers jalons d’une recherche dont le travail doit être poursuivi et complété.


[1] Les premiers mots du volume de la Carte Archéologique de la Gaule consacré au Cantal sont, en ce sens, particulièrement évocateur. Cf. Provost, M. et Vallat, P. – Le Cantal, Carte Archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1996.

[2] L’opération a été menée sous la direction de Nicolas Clément, responsable d’opération pour Mosaïques Archéologie. Les deux tranches de fouilles ont notamment permis la mise au jour des bâtiments du monastère aurillacois, fondé à la fin du IXe siècle par Géraud. Le rapport de l’opération est en cours de rédaction.

[3] PCR intitulé Un monasterium à l’ombre d’un oppidum : le cas de l’abbaye Saint-Géraud d’Aurillac.

[4] Bouriffet, E. – Les sarcophages en pierre du département du Cantal. Etude archéologique et interprétations historiques, mémoire de Master 2 sous la direction de Pascale Chevalier, maître de conférences en Histoire de l’art et Archéologie médiévales, Université Clermont Auvergne, Clermont-Ferrand, 2019.

[5] Boudartchouk, J.-L. – Le Carladez de l’Antiquité au XIIIe siècle : terroirs, hommes et pouvoirs, Thèse de l’Université Toulouse Jean Jaurès, sous la direction de Pierre Bonnassie, soutenue en 1998, 4 tomes. Le faciès archéologique celtique et celui du haut Moyen Âge a longtemps été confondu (cf. ci-dessus Chap.1, I, 1). Les sépulcres celtiques désignent vraisemblablement des sarcophages en pierre.

[6] Parmi les principaux travaux archéologique et historiques concernant la Haute-Auvergne, notons les thèses de Régine Rocher-Mercier et de Jean-Luc Boudartchouk portant respectivement sur le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cantal. Notons également les nombreux travaux d’Alphonse Vinatié qui participe à la connaissance archéologique pour ce qui est de l’Est du département. Voir notamment : Rocher-Mercier, R. – Le Nord-Ouest du Cantal de l’époque gallo-romaine au Haut Moyen Age : étude archéologique, thèse de doctorat de l’Université Clermont II sous la direction de J-C. Poursat, Clermont-Ferrand, 1996 ; Boudartchouk, J-L – Le Carladez de l’Antiquité au XIIIe siècle : terroirs, hommes et pouvoirs, thèse de l’Université Toulouse Jean Jaurès, sous la direction de Pierre BONNASSIE, soutenue en 1998, 4 tomes.

[7] Sophie Liégard, dans son étude des sarcophages de l’Allier, admet d’ailleurs qu’à proximité des zones de productions, « les contenants en pierre n’étaient pas réservés à une élite, mais accessibles à une bonne partie de la population » ; Liégard, S. – Les sarcophages médiévaux du département de l’Allier, étude des contenants funéraires en pierre des premiers siècles du Moyen Age dans le Bourbonnais et ses environs, GRAHCA, n°10, 2017.

[8] Sur la découverte d’un sarcophage de type « Aquitain » à Arpajon-sur-Cère : Boudartchouk, J-L. et alii – « Le sarcophage paléochrétien d’Arpajon-sur-Cère (Cantal) et son contexte archéologique : l’agglomération d’Arpagione et son terroir », Mémoire de la Société Archéologique du Midi de la France, 73, 2013, pp. 43-84.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search