Les sarcophages de la Vienne

– Les sarcophages de pierre du haut Moyen Âge du département de la Vienne –

Daniel Morleghem

 

Cartographie des sites funéraires du haut Moyen Âge ayant livré ou non des sarcophages dans le département de la Vienne (DAO : D. Morleghem, 2021)

Quelque 1600 sarcophages tardo-antiques et alto-médiévaux sont aujourd’hui recensés dans le département de la Vienne, répartis sur une centaine de sites correspondant à des découvertes isolées ou des blocs décontextualisés, de petits ensembles funéraires (familiaux ?) ou des nécropoles liées à un édifice de culte ou de plein champs. Le nombre réel de sarcophages de pierre employés dans le département était bien sûr beaucoup plus important – mais reste difficile à évaluer – : ainsi à Civaux, sur les 6000 à 15000 sarcophages estimés par différents auteurs depuis le 18e s., 343 cuves et 756 couvercles seulement sont conservés (Morleghem et Rougé 2017) ; à Poitiers, on dispose d’informations (dimensions, forme, relevé ou photographie) sur 325 sarcophages environ, mais, d’après les différentes mentions de découvertes plusieurs centaines d’autres ont déjà été détruits et de nombreux autres restent à mettre au jour (étude inédite). S’ils sont parfois présents en très grande quantité (plusieurs centaines voire milliers d’exemplaires), les sarcophages ne sont pas les seuls types de contenants funéraires employés durant la période considérée et ne sont pas toujours majoritaires. Leur emploi répond à des critères d’ordre funéraire et économique complexes que la recherche peine encore à expliciter.

 

Ces sarcophages, dont un grand nombre de couvercles sont ornés d’un motif à trois traverses caractéristique du Poitou (anciennement appelé « croix poitevine », « croix à trois traverses/bandes »), ont largement bénéficiés de l’attention des antiquaires et des archéologues du Poitou, au contraire des exemplaires moins bien conservés et/ou plus frustes de Touraine et du Berry par exemple. Parmi une très riche bibliographie, on peut notamment renvoyer aux travaux d’inventaire et de synthèse du Père Camille de la Croix dans la seconde moitié du 19e s. (De la Croix 1886), essentiellement publiés dans les Bulletins et Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest ; et plus récemment, à plusieurs monographies et thèses de doctorat approchant le corpus poitevin sous un angle iconographique, épigraphique, typo-morphologique, technique et pétrographique (Flammin 1999, Rougé 2014, Uberti 2014, Morleghem 2016). À l’exception du travail de Cl. Lorenz dans la vallée de l’Anglin à la fin des années 1950-début des années 1960, les lieux de production ne font quant à eux l’objet d’investigations que depuis relativement peu de temps (cf. infra).

Typologie et ornementation des sarcophages

Du point de vue morphologique et des dimensions, les sarcophages de l’est du Poitou ne diffèrent guère de ceux des régions voisines, mais ont l’avantage d’être bien mieux documentés, grâce notamment à la bonne conservation des couvercles, façonnés dans des roches plus dures que les faluns du Saumurois ou les tuffeaux de Touraine par exemple, et qui présentent davantage de marqueurs discriminant et datant que les cuves.

Durant l’Antiquité tardive, les sarcophages, peu nombreux, sont caractérisés par une forme en plan rectangulaire et un aspect massif (longueur souvent supérieure à 2 m, parois de cuve épaisses, couvercles épais) ; les couvercles, épais de 30 à 45 cm d’épaisseur, présentent des profils variés (plat, bombé, en bâtière) et sont parfois sculptés d’acrotères. En l’absence de sources d’approvisionnement en pierre de grandes dimensions le recours au remploi d’éléments architecturaux, de milliaires ou de stèles gallo-romains est alors courant ; cette pratique perdure, de manière ponctuelle, jusqu’au milieu du 6e s.

Dès la fin du 5e s., l’intensification de l’usage du sarcophage – et donc du rythme de fabrication – va conduire à des modifications formelles de l’objet. La plus notable correspond, pour des raisons encore inconnues, à l’adoption d’une forme trapézoïdale (symétrique ou non) caractéristique des sarcophages dits mérovingiens, qui a aussi des répercussions techniques et organisationnelles dans les carrières. Les dimensions des blocs présentent une variabilité importante, tant en longueur (entre 170 cm et 220 cm) qu’en largeur (en moyenne 40 à 80 cm à la tête et 20 à 50 cm au pied) et en hauteur (identique à la tête et au pied ou légèrement moindre au pied, de 40 à 70 cm pour les cuves et 10 à 25 cm pour les couvercles) ; l’épaisseur des parois des cuves est en moyenne de 6-7 cm. Les dimensions du sarcophage ne sont pas toujours en adéquation avec l’inhumé (l’acheteur ou le premier occupant dans l’éventualité de plusieurs inhumations) ; par ailleurs une même carrière peut produire des blocs de dimensions variées. À partir du milieu du 6e s., certaines cuves présentent des aménagements céphaliques (surtout des carrés ou des quarts de cercle peu épais de part et d’autre de la tête, encoches en forme d’omega parfois), et beaucoup plus rarement un trou au centre ou dans la partie inférieure du fond de cuve (dit « trou d’évacuation » des fluides de décomposition, bien que cette fonction soit sujette à débat). L’épaisseur des couvercles est progressivement réduite, le couvercle plat peu épais devenant la norme dès le premier quart du 6e s. Un bisôme – cuve monolithe à deux emplacements – retrouvé à Saint-Pierre-les-Églises (Chauvigny) est conservé au baptistère Saint-Jean à Poitiers ; un autre aurait été trouvé à Saint-Georges-les-Baillargeaux au 19e s. (Pouliot 1925, p. 22).

Variété des motifs à trois traverses sur les couvercles de l’est du Poitou (DAO : D. Morleghem, 2021)

Les cuves ne sont presque jamais décorées, mais certaines ont une facture soignée (à Saint-Benoît par exemple). Une part importante des couvercles possède un décor, dont le plus représenté est celui correspondant à trois bandes transversales (à la tête, au milieu et au pied du bloc) reliées par une bande longitudinale de 10 à 20 cm de large.

Évolution typo-chronologique des sarcophages de Civaux (Rougé et Morleghem 2017)

L’étude des sarcophages de Civaux a mis en évidence un double processus d’aplanissement et de simplification du motif, afin d’optimiser la production des blocs provenant du coteau situé sur l’autre rive de la Vienne qui avait le monopole dans l’approvisionnement de la nécropole, phénomène que l’on n’observe pas dans les autres nécropoles du département ni pour les sarcophages issus d’autres centres de production (Morleghem et Rougé 2017).

La collection de sarcophages de la Société des Antiquaires de l’Ouest provenant d’Antigny, Béruges, Poitiers, Saint-Pierre-de-Maillé, Saint-Pierre-les-Églises à Chauvigny et Savigné, présentée à l’intérieur du baptistère Saint-Jean à Poitiers, rend compte de la richesse de certains décors qui témoignent de l’existence d’une dizaine d’« ateliers » ou de mains d’artisans et d’artistes (Coppola et Flammin 1994 ; D. Morleghem 2016 : vol. 1, p. 334-343). Un premier ensemble correspond à des variantes du motif à trois traverses : ciselure ou incision périmétrale, dents de scie, stries, motifs géométriques, rosaces… Les nécropoles d’Antigny et de Béruges ont livré six exemplaires richement sculptés de motifs floraux et animaux sur les traverses et dans les intervalles, couronnés d’une grande rosace (sur la traverse de tête), et avec une inscription longue (souvent effacées). Un groupe de cinq couvercles provenant de Béruges, Chiré-en-Montreuil et Poitiers, techniquement très proches, présentent un décor de croix et roues plus ou moins stylisées inscrites dans un cadre strié ou alternant des demi-cercles réhaussés d’un trait ondulant. Un dernier ensemble de quatre couvercles provenant d’Antigny présentent des motifs de cordes nouées.

Environ 80 couvercles possèdent, en plus du motif à traverses, un ou plusieurs symboles au niveau de la tête : croix grecques pattées ou non, parfois fichées, chrismes, poisson, trident. Une vingtaine de couvercles présente une inscription, dont le texte se limite le plus souvent au nom du défunt.

Diversité des symboles présents sur les couvercles de l’est du Poitou (DAO : D. Morleghem, 2016)

Le corpus poitevin comprend par ailleurs une cinquantaine de sarcophages dits « d’enfants », c’est-à-dire dont la longueur extérieure est inférieure à 140-150 cm : une vingtaine à Poitiers, une dizaine à Antigny et entre un et trois à Haims, Ligugé, Migné-Auxances, Mouterre-Silly, Saint-Georges-les-Baillargeaux et Saint-Julien-l’Ars. Parfois taillés dans des blocs antiques remployés, certains d’entre eux possèdent aussi un décor à traverses.

Matériaux et provenances des sarcophages

Dans le département de la Vienne, comme ailleurs en France, très peu de carrières sont connues et les lieux de production et les réseaux d’approvisionnement sont essentiellement reconnus grâce aux études pétrographiques.

Aire de répartition et provenance des sarcophages à couvercles à trois traverses (DAO : D. Morleghem, 2016)

À l’exception de quelques marbres antiques, les sarcophages du département de la Vienne ont une origine locale (des calcaires jurassiques). Les sources d’approvisionnement sont nombreuses et s’appuient en partie sur les centres carriers de l’Antiquité, abandonnés très certainement mais dont le souvenir n’était pas perdu, à Poitiers-même et alentours (Les Lourdines, Bonneuil-Matours par exemple), entre Chauvigny et Morthemer (calcaires oolithiques) ou encore dans la vallée de l’Anglin à la frontière avec le Berry. L’exploitation du coteau allant de Civaux à Lussac-les-Châteaux semble n’être en lien qu’avec les besoins importants, mais limités dans le temps (fin 5e-8e s.), en sarcophages de pierre de la seule nécropole de Civaux (à quelques exportations près vers d’autres sites, pour des raisons inconnues). À Poitiers et Chauvigny notamment, la poursuite de l’exploitation des gisements jusqu’au 19e s. a certainement fait disparaître toute trace d’extraction alto-médiévale, tandis qu’à Civaux la topographie du coteau atteste l’existence d’anciens paliers d’extraction dont l’analyse et la fouille restent à mener. Les seuls vestiges d’exploitation identifiés avec certitude et étudiés sont localisés dans les vallées de l’Anglin et de la Gartempe (Morleghem 2016 : vol. 1, p. 249-259 et vol. 4, p. 817-862 ; Morleghem 2020).

 

Bibliographie

Coppola M. et Flammin A., “Les sarcophages au musée lapidaire du baptistère Saint-Jean de Poitiers : classement typologique et étude iconographique”, Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest et des musées de Poitiers, 5e sér., t. VIII, 3e-4e trimestre 1994, n° 3/4, p. 188-334.

De la Croix C., “Cimetières et sarcophages mérovingiens du Poitou”, Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1886-1, 1886, p. 256-298.

Flammin A., La sculpture du VIe au Xe siècle entre Loire et Gironde, thèse de doctorat, université de Poitiers, 1999, 985 p.

Lorenz Cl. et Lorenz J., « Les carrières de sarcophages mérovingiens de la basse Vallée de l’Anglin (départements de l’Indre et de la Vienne)  », in Benoît, F. et Braunstein (dir.), Mines, carrières et métallurgie de la France médiévale, Paris, 1983, pp. 331‑361.

Morleghem D., Production et diffusion des sarcophages de pierre de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans le Sud du Bassin parisien, thèse de doctorat, université de Tours, 2016, 4 vol. ; en ligne.

Morleghem D., “La carrière de sarcophage du haut Moyen Âge de Pied Griffé à Saint-Pierre-de-Maillé (Vienne)”, Bulletin de liaison et d’information de l’association des archéologues du Poitou-Charentes 48, 2020, p. 31-40.

Morleghem D. et Rougé G., “Les sarcophages de la nécropole de Civaux (Vienne) : typologie et stratégie d’approvisionnement”, in Leroy, I. et Verslype, L., Communauté des vivants, compagnie des morts. Actes des 35e Journées internationales d’archéologie mérovingienne 9-11 octobre 2014, Douai, Mémoires de l’Association française d’Archéologie mérovingienne 33, Saint-Germain-en-Laye, 2017, p. 299-310.

Pouliot M., “Cimetière mérovingien de Saint-Georges-les-Baillargeaux – Séance du 19 mars 1925”, Comptes rendus et chroniques, Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 3e sér., t. VI, 1925, p. 19-22.

Rougé G., Les sarcophages entre Loire et Pyrénées du IVe au VIIIe siècle. Observations et études par des critères techniques et morphologiques, thèse de doctorat, université de Bordeaux 3, 2014, 2 vol. ; en ligne.

Uberti M., Regards sur les inscriptions funéraires : pratiques, mémoires, identités entre Loire et Pyrénées (IVe-VIIIe s.). Contribution à l’étude du phénomène épigraphique en Aquitaine Seconde et Novempopulanie, thèse de doctorat, université Paris IV-Sorbonne, 2014, 2 vol.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search