Le sarcophage du haut Moyen âge dans le Grand-est de la France

– Le sarcophage du haut Moyen âge dans le Grand-est de la France –
(Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne et Bourgogne – Franche-Comté)

 

Thibaut Keinerknecht

 

Le sarcophage en pierre est de manière générale un élément intéressant dans la compréhension de la culture funéraire. Bien plus qu’une simple cuve où repose le défunt, son étude, dans sa totalité, permet de comprendre bien plus qu’un seul aspect de l’archéologie funéraire. Les interrogations face à cet objet peuvent être nombreuses (production, morphologie, évolution, bénéficiaire, contexte d’inhumation). Ce sont autant de questions auxquelles il paraît bon de répondre, pour mieux comprendre la place du sarcophage dans la culture funéraire. Et dans ce travail, ces interrogations peuvent également se poser pour les sarcophages du Grand-Est, datés du VIIIe au XIIe siècle.

Durant deux années d’étude de Master, la première problématique était de définir les différents aspects du sarcophage, et comment il évoluait dans cette zone géographique, et pour cette période. Un inventaire complet a été réalisé, recensant pour les régions Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne et Bourgogne – Franche-Comté un ensemble de 128 éléments, dont 79 cuves, 7 couvercles, et 42 sarcophages complets (cuves et couvercles associés). Il en existe très certainement davantage, mais on note une absence évidente d’informations dans certaines régions, dû notamment à un manque de considération de l’objet en tant qu’objet archéologique à l’époque de sa découverte. Et parmi ces 128 éléments, on relève différents types de sarcophages, qui diffèrent par leur morphologie et leur aspect. La typologie mise en place dans ce travail reprend en grande partie les différents groupes déjà présentés par Fabrice Henrion, en 1998, qui se concentrent sur les critères morphologiques et pétrographiques des sarcophages mérovingiens.

 

 

Parmi une quantité importante de sarcophages d’inspiration mérovingienne, c’est-à-dire une cuve rectangulaire aux décors variés (Groupe C), on retrouve un autre type de sarcophage qui semble caractéristique de cette période tardive. Il s’agit du sarcophage à aménagement céphalique (Groupe E), qui est le plus recensé dans cette étude. Sa particularité est la présence dans la cuve d’une niche céphalique, creusée à même le fond, afin de maintenir parfaitement la tête du défunt une fois celui-ci placé à l’intérieur. Présent dès le IXe siècle dans le Grand-est, il se détache des autres exemples de sarcophages, qui eux sont de plus simple facture. En plus d’être le sarcophage le plus caractéristique de l’étude, il est aussi celui qui semble être le plus révélateur des croyances et des moeurs de ces périodes d’utilisation. Loin d’être anodine, la présence de la logette céphalique souligne bien des éléments de la croyance religieuse, alors chrétienne à cette période. Dans la religion du haut Moyen Âge, on pensait que l’âme du défunt s’échappait par la bouche de celui-ci, une fois inhumé. Par la suite, cette âme avait pour objectif de monter au ciel, afin d’y passer un repos éternel. Il semblait donc évident de garantir cette bonne sortie de l’âme, en maintenant la tête du mort face vers le ciel. Cet élément nouveau souligne alors l’importance de la religion dans le contexte funéraire et sa transcription dans des éléments de l’archéologie funéraire tel que les sarcophages.

 

 

La localisation de ces découvertes est très hétérogène. On retrouve des sarcophages du VIIIe au XIIe siècle sur la totalité des régions, mais avec des quantités variables. De plus, les types de sarcophages ne sont pas forcément les mêmes dans chaque région. Et certaines d’entre elles profitent de nouveaux types de sarcophages, quand d’autres réemploient d’anciens exemplaires de cuves, ou alors innovent très peu. Le sarcophage tardif est très présent en Alsace, avec un ensemble de 23 sarcophages, sur un total de 128 éléments d’études. Recensé également sur les autres régions, mais en quantité moindre, le sarcophage à aménagement céphalique, caractéristique de cette étude, apparaît avec une certaine importance dans la région alsacienne, et ce dès le IXe siècle. Principalement en grès dans cette partie du Grand-est, le sarcophage tardif est découvert dans différents types de contexte archéologique (édifices religieux, nécropoles, isolés), et avec des décors variés. Il paraît important de préciser que le corpus est le plus important en Alsace, principalement parce que la documentation sur ces découvertes est bien plus riche, et beaucoup plus accessible pour cette région, que pour le reste de la zone d’étude.

De types et de groupes d’appartenance variés, les sarcophages sont évidemment déjà présents sur le Grand-est dès le VIIIe siècle, et même bien avant. Mais ceux datés du début de la période de l’étude possèdent beaucoup plus de caractéristiques mérovingiennes, dans leur morphologie et dans leur conception. Ils évoluent par la suite vers le sarcophage à aménagement céphalique, qui est le sarcophage le plus caractéristique de cette période. Attribués aussi bien à des hommes, à des femmes, qu’à des enfants, ils sont surtout destinés en grande partie aux acteurs et aux actrices de la vie religieuse (saints et saintes chrétiens). On note donc que ce sarcophage tardif, qui évolue au fil de son utilisation, devient de plus en plus un marqueur d’une appartenance à la religion chrétienne. Par sa morphologie, par son contexte de découverte, ou même par la présence de décors caractéristiques, le sarcophage s’adapte à la religion chrétienne durant la période du VIIIe au XIIe siècle, religion alors bien ancrée dans la culture du haut Moyen âge.

 

Bibliographie
Alexandre-Bidon D. et Treffort, C. – A réveiller les morts : la mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 1993, 334 p.

Henrion, F. – Les sarcophages de pierre du haut Moyen Âge de quatre sites bourguignons : propositions méthodologiques pour une classification typologique (technologie et morphologie), Mémoire de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1998, 150 p.

Keinerknecht, T. – Les sarcophages du VIIIe au XIIe siècle du Grand-est de la France, mémoire de Master, sous la direction de Stéphane Wirth, Université de Bourgogne, 2016, 141 p. [En ligne sur Academia]

Treffort, C. – Du cimiterium christianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funéraires en Gaule du VIeme au Xeme siècle, Actes du 2ème colloque ARCHEA de septembre 1994, Orléans, 1994, p. 55-63.

 

 

Pour citer cet article : Keinerknecht, T. –  » Le sarcophage du haut Moyen Âge dans le Grand-est de la France « , Carnet Hypothèses CAeSARHMA, mis en ligne le 12/14/2017, consulté le 12/14/2017 ; permalien : http://caesarhma.hypotheses.org/sarcophage-grand-est